Des chercheurs expliquent que ronger ses ongles révèle une personnalité perfectionniste

Faites-vous partie de ceux qui rongent leurs ongles toute la journée?  des personnes pour qui il est difficile voire impossible de résister à cette petite peau qui dépasse de votre pouce ou cet ongle qui vous fait de l’œil, si c’est le cas vous pourriez bien être intéressé par cette étude publiée ce mois par une équipe de l’Université de Montréal.

On estime qu’environ un tiers des adultes continuent à ronger leurs ongles régulièrement. La plupart des gens considèrent l’acte de ronger ses ongles comme un signe de nervosité et d’anxiété.

À première vue, ce point de vue est logique … mais il y a d’autres explications à cela. Selon une étude publiée dans le Journal of Behavior Therapy and Experimental Psychiatry , ronger ses ongles pourrait être un signe de perfectionnisme.

SI VOUS RONGEZ VOS ONGLES, VOICI CE QUE CELA RÉVÈLE SUR VOUS

Les troubles répétitifs du comportement centrés sur le corps (TRCC) sont décrits comme des «habitudes répétitives, nuisibles et non fonctionnelles qui provoquent une détresse ou une altération importante, dont tirer ses cheveux, arracher sa peau et ronger ses ongles».
L’équipe de recherche a cherché à comparer la tendance à avoir des TRCC en utilisant deux modèles: la régulation émotionnelle (RE) et l’action frustrée (AF).

Le modèle RE implique que les TRCC soient déclenchés par des émotions négatives et une réduction des effets désagréables . Le modèle AF établit que les TRCC sont déclenchés par l’ impatience, l’ennui, la frustration et l’insatisfaction .

Les chercheurs ont émis l’hypothèse selon laquelle les individus qui ont des TRCC sont plus enclins aux actions sous le modèle AF , car «ils démontrent des styles de planification inadaptés caractérisés par des normes élevées et une réticence à la détente », deux traits inhérents aux perfectionnistes.

RÉSULTATS

Après avoir observé un «groupe TRCC» et un groupe témoin, composés respectivement de 24 et 23 participants, les chercheurs ont conclu l’exactitude de leur hypothèse. Les résultats de l’étude comprennent trois observations:

(1) Le groupe TRCC a signalé une envie beaucoup plus élevée de s’engager dans les TRCC que le groupe témoin dans toutes les conditions.

(2) Les participants aux TRCC ont signalé une envie beaucoup plus grande de s’engager dans l’environnement d’ennui / de frustration et de stress que dans l’environnement de relaxation.

(3) Le groupe TRCC « a présenté des scores significativement plus élevés sur le style de planification inadapté et le style de planification inadapté était significativement lié aux difficultés dans les RE ».

L’ÉTUDE ET LE PERFECTIONNISME

L’auteur principal de l’étude, le Dr Kieron O’Connor, a déclaré: «Nous croyons que les individus avec ces comportements répétitifs peuvent être perfectionnistes, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas se détendre et effectuer des tâches à un rythme normal. Ils sont donc enclins à la frustration, à l’impatience et à l’insatisfaction lorsqu’ils n’atteignent pas leurs objectifs.

En d’autres termes, les ongles pourraient être moins liés aux nerfs et à l’anxiété qu’à la frustration. Ainsi, l’impatience, l’ennui et l’insatisfaction, fournissent des preuves supplémentaires que le perfectionnisme peut provoquer l’acte de ronger ses ongles.

LE RONGEMENT DES ONGLES ET LES EFETS SUR LA SANTÉ

Comme l’étude l’explique clairement, le rongement des ongles est considéré comme un trouble répétitif du comportement centré sur le corps, une classification réaffirmée par la grande majorité de la communauté médicale. Tout comportement lié au TRCC est nocif pour la santé et ronger nos ongles ne fait pas exception.

Selon WebMD, «Ronger ses ongles a des conséquences physiques et émotionnelles». Parmi les problèmes physiques associés au rongement des ongles:

– Douleur et rougeur des ongles et des cuticules

– Saignement et infection potentielle de la peau autour des ongles

– Augmentation de la vulnérabilité aux bactéries, aux infections et aux virus (via le passage du contact entre les mains)

– Faiblesse de l’émail des dents

– Dents mal ajustées

– Donner une mauvaise impression (à cause des ongles rongés ou les ronger devant les autres)

Psychologiquement, WebMD associe le rongement des ongles à l’anxiété et au stress; Bien qu’il puisse potentiellement indiquer un problème psychologique plus grave tel que le trouble obsessionnel-compulsif (TOC). En outre, le perfectionnisme est considéré comme un facteur de risque pour le TOC.

Mordre ses ongles est une habitude commune mais très malsaine, une habitude alimentée par des émotions contre-productives et des problèmes psychologiques (potentiels).

Des études ont associé le trait de personnalité du perfectionnisme à de multiples problèmes psychologiques: les troubles de la personnalité, les troubles de l’alimentation, l’anxiété sociale, la phobie sociale, le trouble dysmorphique corporel, l’automutilation, la toxicomanie et la dépression clinique.

Les perfectionnistes peuvent également développer des troubles du stress chronique et courent un risque accru de développer des maladies cardiaques.